Le chant des Orthoptères

Photo 017

Tout le monde a déjà entendu au moins une fois le chant d’un criquet, d’une sauterelle ou d’un grillon, mais plus rares sont ceux qui ont pu l’observer dans la nature et donc connaissent son mécanisme. Voici une petite présentation de ce phénomène, très bien expliqué dans l’ouvrage Guide des Sauterelles, Grillons et Criquets d’Europe occidentale.

 

Le terme « chant » est un peu trompeur, le son émis par ces insectes ne provient pas de leur bouche (les arthropodes ne possèdent pas de cordes vocales) mais du frottement entre plusieurs parties de leur corps, variables selon les groupes :

 

  • Chez les Ensifères (sauterelles et grillons) la stridulation est due au frottement des deux ailes antérieures rigides, ou tegmina. Celle du dessus présente une râpe stridulatoire (pars stridens) sur sa face inférieure, qui vient glisser sur l’archet (plectrum) situé sur la face supérieure de l’autre tegmen. Pour l’anecdote, la plupart des grillons ont le tegmen droit en position supérieure tandis qu’en général les sauterelles ont le tegmen gauche au dessus.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Grande Sauterelle verte

 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Grillon champêtre

 

  • Les Caelifères (criquets), quant à eux, frottent les fémurs de leurs pattes postérieures (les plus grosses, celles permettant de sauter) le long des tegmina. Il existe d’autres techniques stridulatoires beaucoup moins communes, comme le frottement des mandibules chez certaines espèces, produisant ainsi une sorte de « grincement de dents » audible à faible distance.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Criquet des clairières

 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Criquet barriolé

 

Le chant des Orthoptères a pour principal but le rapprochement des sexes et la délimitation du territoire. Certaines espèces, chez les grillons notamment, chantent lors de combats entre mâles et pour faire la cour aux femelles. Chez les criquets les femelles aussi sont capables de striduler, ce qui joue un rôle pour signifier au mâle qu’elles acceptent l’accouplement.

Pour que ces chants soient efficaces, il faut bien évidemment qu’ils soient perçus. Or un insecte ne possède pas d’oreilles ! Certains moustiques mâles captent les vibrations des ailes des femelles grâce à leurs antennes, mais chez les Orthoptères le mécanisme est tout autre : ces derniers possèdent des tympans, situés sur l’abdomen chez les Caelifères et dans les tibias des pattes antérieures chez les Ensifères.

 

 

Tympans sur les tibias de l’Éphippigère des vignes (Ephippiger ephippiger)

 

Orifice tympanique chez le Criquet des pâtures (Chorthippus parallelus)

Commentaires


  1. Bonjour M. Mme.
    Je viens d’acquérir un récepteur d’ultrasons ( type détecteur de chauve-souris )
    j’ai entendu un insecte je suppose un orthopteres qui émets un signal en ce moment début avril à une fréquence de 21 kHz (ultrasons) c’est insecte se trouve dans des buissons et sur des arbres la nuit dans la région de Nantes.
    Pourriez-vous me renseigner sur cet animal qui m’intrigue beaucoup.
    Merci de l’intérêt que vous aurez porté à ma requête.
    Martin Kuntz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>