La métamorphose de la coccinelle

cocci

Certaines larves d’insecte doivent passer par une phase de transformation complète avant de devenir un individu adulte, comme par exemple la chenille passant par le stade de chrysalide avant de devenir un papillon. C’est aussi le cas chez les coléoptères, et donc chez les coccinelles.

 

Voici la larve de la coccinelle, dont l'allure est assez éloignée de l'individu adulte.

Une fois sa croissance terminée, la larve se transforme en nymphe immobile.

La nymphe se met à bouger, la coccinelle va bientôt sortir !

La future coccinelle commence à pousser de l'intérieur, les tissus se tendent et craquent.

Les élytres encore jaunes apparaissent là où l'enveloppe de la nymphe s'est déchirée.

La tête et le thorax sortent, on peut voir le dessin en forme de "M" typique des coccinelles asiatiques.

Les premières pattes sortent à leur tour.

La coccinelle est bientôt complètement sortie de son ancienne enveloppe, on peut déjà discerner les futurs points sur les élytres.

Les élytres sont encore mous et n'ont pas tout à fait terminé de prendre leur forme.

Ça y est, la coccinelle est complètement sortie ! Il se sera écoulé 20 minutes depuis le début de la métamorphose.

Très rapidement la coccinelle commence à se promener dans les environs.

L'ancienne peau, ou exuvie, restera attachée à la feuille jusqu'à ce que le vent et la pluie la fasse disparaitre.

Après avoir fait son petit tour, la coccinelle s'immobilise et ses ailes commencent à se déplier.

Peu à peu les ailes grandissent, mais sont encore opaques.

Les ailes ont maintenant atteint leur taille définitive, il ne reste plus qu'à attendre qu'elles sèchent puis elles pourront être rangées sous les élytres.

Les heures passant, les points deviennent de plus en plus visibles et les élytres passent du jaune au orange.

Une journée plus tard les points sont bien visibles, la coloration ne changera presque plus.

Commentaires


  1. Bonjours insectes-de france, pour cette metamorphose vous pourriez au moins présenter une espèce indigéne plutot que Harmonia axyridis, espèce qui est invasive…

    • Bonjour Yves,
      Effectivement ce n’est pas l’espèce la plus représentative de la faune française, mais maintenant qu’elle est installée il est dur de l’ignorer. Quant à la métamorphose, cela se déroule sensiblement de la même manière chez les différentes espèces !
      Si j’ai la chance de croiser une coccinelle à 7 points dans les mêmes conditions je remplacerai les photos ;)

      • Je suis d’accord avec le commentaire précédent, ce n’est pas une question de « maintenant elle est installée », ou « elle n’est pas la plus représentative », mais du fait que nous devons la désinstaller. La présenter comme exemple de coccinelle, n’est pas éducatif, et pas souhaitable. Cordialement.

        • Bonjour,
          Pour le moins extremiste, vous pourriez développer pour comprendre? Merci

  2. Bonjour,
    En train de voir remuer une nymphe, une question se pose à moi : les nymphes vivent-elles du suc des feuilles qu’elles pompent via les crochets, pattes ou je ne sais quoi qui les maintiennentt sur la feuille ? Dans le cas présent feuilles de cerisier. Si on sépare les feuilles de l’arbre cela fait-il mourir les nymphes? Merci

    • non je ne pense pas que la nymphe se nourrisse du suc des feuilles car il y a quelques jours encore, une nymphe avait choisi un mur de ma maison pour se métamorphoser

  3. ce matin pour la 1ère fois j’ai assisté à la naissance d’une coccinelle bien française, un magnifique spectacle
    sur mon mur de maison, quelle fragilité !
    à nous de les protéger car elles sont trés actives en respectant le « non-chimique » !

  4. Pingback: Coccinelle – Cell’Éducatif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>